Développement économique

plenieire_30_juin

Monsieur le président, mes chers collègues,

Les maîtres mots de votre budget sont transition et transformation.
L’une ne va d’ailleurs pas sans l’autre.

Dans une société française divisée, et selon le contenu que nous lui donnons, cette perspective peut être juste si elle mène vers une nouvelle république des territoires, rendue inclusive par l’action sur mesure de ses collectives locales.

J’écarte de mon propos les réponses aux piques politiciennes de votre fin de discours pour répondre sur le fond à la question que vous posiez : celle du sens de notre nouvelle collectivité.

Lorsque nous cherchons des moyens concrets pour agir, conformes aux nouvelles compétences de la région Grand Est, il semble évident que le développement économique est une clé essentielle.

Pourquoi ? Parce que seule une ambition économique partagée (un label Grand Est) sera de nature à unir nos territoires et donner sens à cette réforme, loin d’identités supposées souvent affichées lorsqu’il s’agit de nous opposer.

181 Millions d’€ pour le développement économique, l’innovation, la recherche, l’agriculture, la forêt et le tourisme.

Notre force est réelle, nos limites également. Notamment au regard de notre degré d’autonomie fiscale que vous évoquiez également.

Nous devons donc être novateurs. Etre une force d’entrainement autant qu’une logique d’influence, un chef de file sous le feu d’une double contradiction:

D’un côté, conjuguer la nécessité d’une reconduction républicaine de nos budgets avec l’urgence d’un mouvement et de l’autre affirmer très vite la force d’une orientation claire tout en laissant le temps d’un SRDEII réfléchi.

La réussite de notre politique économique ne peut donc venir que d’une présidence affirmée certes, mais aussi inclusive et novatrice permettant la convergence de toutes les forces productives.

C’est précisément là que sont mes inquiétudes. Le mode d’ordre de « compétitivité » est trop réducteur. De même que l’articulation entre vos 4 priorités.

La stratégie politique conditionne la réalisation de grandes infrastructures et non l’inverse.

A ce titre, permettez-moi de rappeler notre attachement à la réalisation de la gare d’interconnexion de Vandières qui répond à votre définition d’équipement faisant du lien entre nos concitoyens et leur environnement. L’histoire complexe de ce dossier ne justifie pas que nous le cachions sous le tapis. Sa réalisation est indispensable.

Notre projet économique, lui, doit donc faire de vrais choix. Notamment dans sa stratégie filières, avec comme locomotive une industrie qui évolue au rythme de la transition numérique (à destination des TPE) et de sa conversion écologique.

La transition industrielle en Lorraine, M. le président, c’est la Vallée européenne des matériaux et de l’énergie. Une démarche amplifiée par le C2IME, véritable accélérateur offrant aux entrepreneurs un écosystème spécialisé et une task-force industrielle agile et favorable à la création. (ex. de Thyssen / robotisation).

L’usine du futur, c’est une réalité champardennaise depuis 2014 et une démarche initiée en 2015 en Lorraine (ex. de la déclinaison du CEA Tech).

Je donne ces exemples car je ne voudrais pas, qu’au final, le travail que nous initions soit balayé du revers de main par un surmoi alsacien qu’il m’arrive parfois de ressentir.

Notre méthode de déploiement sur les territoires devra également porter les exigences d’une économie sociale et solidaire, d’un dialogue social territorialisé, d’un renforcement de l’accompagnement de nos entreprises et d’outils simple à utiliser ; je pense ici à votre volonté de privilégier les aides en fonds propres.

Quels secteurs, quelle taille d’entreprises, quels CA ?
Autant de questions en attente de précision.

Nous aimerions enfin vous entendre sur votre stratégie d’articulation à nos partenaires BPI, Métropoles, CESER, consulaires…autant de points d’appuis essentiels à notre succès. J’ajoute à cela l’épineuse question du positionnement des départements (Cf. article Les Echos d’aujourd’hui).

Pour conclure, vous aurez compris que notre position et notre volonté s’éloignent des clichés. Nous serons disponibles pour construire cette nouvelle région mais avec vigilance et exigence.

Merci.

Intervention Julien Vaillant – Groupe socialiste
Plénière du 30 mai 2016